Non classé

Par  Dr A. Salim MOHAMED

Les changements de mode de vie, l’augmentation de la circulation des personnes et des biens à travers le monde, le vieillissement de la population, les changements climatiques, l’évolution spontanée des agents pathogènes mais aussi le développement des techniques médicales et l’apparition des résistances aux antimicrobiens sont responsables de l’émergence constante ou de l’expression de nouveaux agents pathogènes et de leur diffusion au sein d’une population.

La pandémie d’infection à VIH, les précédentes épidémies de Choléra qu’a connu notre pays, la pandémie grippale A (H1N1) ou, plus récemment l’épidémie de peste à Madagascar, ont montré clairement que les risques émergents infectieux constituent une menace globale nécessitant une approche coordonnée au niveau international s’appuyant sur des systèmes nationaux efficaces et réactifs.

Tenir compte des risques sanitaires s’appuie sur une organisation de la veille sanitaire incluant des systèmes de surveillance qui repose sur la collecte régulière d’information et un dispositif de veille permettant le recueil et l’analyse des données.

Présentation de la veille sanitaire

Il s’agit d’un dispositif reposant sur un ensemble de structure permettant la surveillance, l’information et la prévention pendant ou non de risques sanitaires.

Missions

  • La surveillance et l’observation permanentes de l’état de santé de la population

La veille sanitaire (VS) participe au recueil et au traitement de données sur l’état de santé de la population à des fins épidémiologiques, en s’appuyant notamment sur des correspondants publics et privés.

  • La veille et la vigilance sanitaires

La VS est chargée de rassembler, analyser et actualiser les connaissances sur les risques sanitaires, leurs causes et leur évolution ; de détecter de manière prospective les facteurs de risque susceptibles de modifier ou d’altérer la santé de la population ou de certaines de ses composantes ; d’étudier et de répertorier, pour chaque type de risque, les populations les plus fragiles ou menacées avec l’accord du Ministre chargé de la santé.

  • L’alerte sanitaire

La VS doit informer sans délai le Ministre chargé de la Santé en cas de menace pour la santé de la population ou de certaines de ses composantes, quelle qu’en soit l’origine, et lui recommander toute mesure ou action appropriée pour prévenir la réalisation ou atténuer l’impact de cette menace ;

  • une contribution à la gestion des situations de crise sanitaire

La VS propose aux pouvoirs publics toute mesure ou action nécessaire.

Champs d’application

Les missions de la VS s’appliquent à l’ensemble des domaines de la santé publique :

  • Les maladies infectieuses : infection par le VIH, virus des hépatites B et C, infections sexuellement transmissibles, tuberculose, risques infectieux d’origine alimentaire, zoonoses, maladies évitables par la vaccination, infections nosocomiales et résistance aux antibiotiques, infections respiratoires, maladies tropicales et risques d’importation ;
  • Les risques d’origine professionnelle : cancers d’origine professionnelle, effets de l’amiante et des fibres de substitution, troubles musculosquelettiques, morbidité liée aux expositions professionnelles…
  • Les maladies chroniques et les traumatismes : cancers, maladies cardiovasculaires, diabète, nutrition, accidents et traumatismes, maladies respiratoires, santé mentale, maladies rares…
  • Les risques internationaux et tropicaux : maladies infectieuses touchant d’autres pays mais susceptibles d’atteindre nos ressortissants ou d’être importées (grippe aviaire, Ebola, fièvre jaune, arboviroses, dengue, choléras).

Partenaires nationaux

  • Le ministère de la santé
  • Les directions générale et régionale de santé
  • Le service de santé des armées
  • Le ministère de l’environnement
  • La direction générale du travail
  • Les structures de santé publiques et privées
  • Les mairies et préfectures, …

Conclusion

La VS constitue un système de surveillance épidémiologique visant à détecter le plus précocement possible tout événement sanitaire anormal représentant un risque pour la population pour permettre  une réponse rapide pour protéger la santé.

26 décembre 2017

LA VEILLE SANITAIRE : UN ATOUT POUR UNE MEILLEUR POLITIQUE DE SANTE PUBLIQUE

Par  Dr A. Salim MOHAMED Les changements de mode de vie, l’augmentation de la circulation des personnes et des biens à travers le monde, le vieillissement de la population, les changements climatiques, l’évolution spontanée des agents pathogènes mais aussi le développement des techniques médicales et l’apparition des résistances aux antimicrobiens sont responsables de l’émergence constante ou de l’expression de nouveaux agents pathogènes et de leur diffusion au sein d’une population. La pandémie d’infection à VIH, les précédentes épidémies de Choléra […]
21 février 2017

Le Anda, un bonheur qui fait mal à une société ? Anda : relancer la filière de joaillerie pour créer des emplois et générer des revenues

Par Idrisse Ahamada « Tantôt décrié, tantôt adulé, le grand mariage à la Grande Comore a traversé les années et ne semble pas avoir pris une seule ride. Pire ou mieux, il finit toujours par faire plier ses détracteurs, sous la pression de la famille et de la population. La place de l’Homme dans la société comorienne se gagne ainsi. »  Soeuf Elbadawi   Ce qui nous anime dans cette note, n’est pas de décrier les méfaits ou les bienfaits de celui-ci. […]
24 septembre 2016

Dr Abdou Katibou | Le développement des Comores par la diaspora

Dans cet interview accordé au réseau Comores 2016-2021, Abdou Katibou Docteur en économie et statistique, revient sur le développement économique des Comores. Pour lui, la justice est la priorité pour le développement du pays et la diaspora a un grand rôle à jouer dans ce développement. Il insiste également sur l’urgence de mettre en place une Caisse de Dépôt et de Consignation pour le développement du pays en mobilisant les fonds transférés par la diaspora. Il évoque également le cercle […]
12 juin 2016

Dr Youssouf Mohamed Kassim| La santé publique aux Comores

Dr Youssouf Mohamed Kassim a fait ses études en médecine au Maroc avant de rentrée aux Comores. Une fois rentrée, il a exercé au centre de santé de Mitsamihouli. Il est parti en France pour se spécialiser et il y est resté pour travailler dans un hôpital en France. Dans cet interview qu’il a accordé au réseau Comores2016-2021, il revient sur l’organisation du système de santé aux Comores.