Dr Abdou Katibou | Le développement des Comores par la diaspora

Concours d’éloquence sur le Grand Mariage comorien, AEESCOS
13 septembre 2016
L’absence d’un minium d’examen paraclinique au centre hospitalier de Hombo, constitue un des obstacles aux soins sanitaires de qualités.
3 octobre 2016

Dr Abdou Katibou | Le développement des Comores par la diaspora

Dans cet interview accordé au réseau Comores 2016-2021, Abdou Katibou Docteur en économie et statistique, revient sur le développement économique des Comores. Pour lui, la justice est la priorité pour le développement du pays et la diaspora a un grand rôle à jouer dans ce développement. Il insiste également sur l’urgence de mettre en place une Caisse de Dépôt et de Consignation pour le développement du pays en mobilisant les fonds transférés par la diaspora. Il évoque également le cercle des économistes comoriens qui est un think tank orienté sur des solutions économiques pour le pays.

1 Comment

  1. Al-mouksit AKIM dit :

    Excellente analyse!!!

    Je partage totalement son point de vue plus particulièrement sur l’enjeu majeur des transferts des migrants qui est de capter au maximum cette manne financière très importante qui représente le quart de notre richesse nationale (25% du PIB). Au delà de la caisse de dépôt qui constitue un bon instrument pour y parvenir, je pense que relancer la production agricole comorienne constitue également une alternative particulièrement intéressante.

    En effet, comme il l’a si bien dit, l’essentiel des montants transférés par les migrants sont utilisés pour acquérir des bien consommation importés. La grande partie des produits alimentaires (riz, noix de coco, viande, etc.) par exemple provient de l’extérieur contribuant ainsi à la détérioration de la balance commerciale. Sur cette base, on peut penser que les principaux bénéficiaires de ces transferts sont les producteurs (agriculteurs, entreprises) du reste du monde qui écoulent leur produit aux Comores.

    La principale raison qui expliquerait ce comportement de consommation orienté vers les produits importés est tout simplement que la production agricole nationale est incapable de répondre à cette demande. Aujourd’hui l’appareil de production agricole comorien demeure rudimentaire et c’est une agriculture de subsistance qui est davantage pratiquée qu’une agriculture de marché.

    Par conséquent, la relance de l’activité agricole pour satisfaire la demande alimentaire constitue une façon de faire bénéficier les transferts à notre économie à partir du moment où les produits consommés proviendraient des producteurs nationaux.

    Au passage, je remercie Dr Abdou Katibou pour son excellente analyse!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *