La revitalisation de l’enseignement supérieur aux Comores : L’Université des Comores, site de Mvouni toujours en crise depuis sa création

Œuvrer pour une amélioration de l’élevage comorien face à la concurrence de l’importation de viande
2 octobre 2015
Centre de Formation aux Métiers du Tourisme et de l’Hôtellerie (CFMTH)
2 octobre 2015

La revitalisation de l’enseignement supérieur aux Comores : L’Université des Comores, site de Mvouni toujours en crise depuis sa création

Par Djaoudat Ahmed Sidi

L’objet de cette note est de poser quelques recommandations afin de pouvoir revitaliser l’enseignement supérieur des Comores. L’Université  est mieux placée pour fournir la main-d’œuvre nécessaire sur l’ingénierie des connaissances comme moteur de développement de toute nation. La nôtre, est créée en 2003, pour offrir aux jeunes comoriens des formations d’enseignement supérieur dans l’archipel.

Malheureusement, elle affronte de nombreuses difficultés plus particulièrement  le site de Mvouni.

I. Un nécessaire renforcement du corps professoral

Il est vrai que les salaires  dans l’enseignement supérieur ont été revus  à la hausse, mais ils s’avèrent insuffisants pour former des effectifs qui augmentent sans cesse. Les  efforts de formation au niveau de licence et maitrise se heurtent à quelques obstacles.

L’insuffisance des moyens financiers compromet la capacité à mettre en œuvre les programmes du second cycle universitaire.

L’insuffisance du personnel, notamment le corps enseignant, constitue l’un des facteurs majeurs. A l’image du seul master 1 de Mvouni qui est celui de la faculté de droit. Le souci de ce master reste qu’une année universitaire peut durer 2 ans au lieu de 10 mois d’études. Pour motif, la rentrée peut se faire avec manque du corps professoral. Tel que le cas des étudiants de la promotion de 2009-2010,  qui ont fini leur année universitaire en 2011.

Cette situation découle non seulement de plusieurs décennies d’absence d’engagement politique en faveur de l’enseignement supérieur, mais aussi de l’exil connexe d’universitaires. Le personnel qualifié abandonne souvent les postes d’enseignant à l’université pour des emplois plus attractifs et mieux rémunérés dans d’autres secteurs ou à l’étranger. Sachant que les coupes budgétaires,  les faibles ratios personnels /étudiants découragent les jeunes diplômés de faire carrière à l’université.

II. Le réaménagement des œuvres universitaires : Gage du bon fonctionnement de l’Université

Avec de petits budgets, l’Université des Comores a du mal à se doter des infrastructures de formations adéquates. Les améliorations au cours des années passées s’avèrent insuffisantes.  Les partenariats internationaux peuvent contribuer à compenser l’insuffisance des ressources. Ils peuvent également renforcer les capacités en matière de recherche et permettre d’accroître le nombre de jeunes universitaires comoriens titulaires de diplômes d’état.

Mais nombreux sont les étudiants qui continuent à travailler sans avoir un accès adéquat à l’internet, aux ouvrages, aux équipements, aux laboratoires, à une bibliothèque digne de ce nom. Ce qui réduit la qualité de la formation ainsi de l’apprentissage et qui freine dans le même temps  la production d’une recherche pertinente et de qualité.

Il ne faut pas perdre de vue que depuis la disparition des bus bâtissons les Comores aucune mesure n’est prise pour trouver une solution au problème de transport sachant que les étudiants de l’université ne cessent de réclamer toujours des bus de transport. Ils continuent à réclamer jusqu’à nos jours des toilettes hommes/femmes et la stricte minime d’infrastructure sanitaire.

Notre université est également confrontée à un problème juridique et ressources humaines qui peut entrainer à des situations incroyables : comme ne pas pouvoir délibérer les examens ou voir même le non délivrance des diplômes.

III. Recommandations

  • Aux autorités étatiques :
  1. Sur la question de la délivrance des diplômes
  • Rappelons que l’université est régie par l’ordonnance N03-008/PR portant création de l’Université des Comores rendu publique le 8 septembre 2003. Sur ce nous recommandons au gouvernement de prendre les dispositions nécessaire afin de faire voter  par l’Assemblée  de l’Union des Comores, une loi qui régira l’Université afin de régler ce problème juridique pour que les lauréats puissent avoir leurs diplômes.
  1. D’œuvrer pour le renforcement du corps professoral
  • Afin d’atteindre les objectifs premiers de l’université, notamment améliorer la qualité de l’enseignement, déterminera par ricochet notre qualité de vie de demain. L’université comorienne a besoin plus davantage d’enseignants, y compris en provenance de l’étranger.

Pour faire en sorte que le personnel qualifié n’abandonne pas souvent les postes d’enseignant à l’université pour des emplois plus attractifs et mieux rémunérés dans d’autres secteurs : Il est donc nécessaire de maintenir un taux d’enseignement de qualité élevé.

  1. De réaménager les conditions de vie des étudiants

Rappelons que les parents n’auront toujours pas les moyens pour les frais de transport d’aller et de retour de leurs fils ou filles pour la faculté. Sur ce, nous  recommandons de :

  • Bâtir une cité universitaire et pour se faire, un prêt de 300 millions de francs (à remboursable sur 5 ans) ou solliciter le concours de nos partenaires étrangers à l’image de la Chine et les Emirats arabes unis pour construire 2 pavillons (Hommes/ Femmes) 100 chambres chacun (et 1 chambre à 4 étudiants) qui seront mises à disposition des  meilleurs étudiants et les étudiants démunis moyennant 50.000 Fr / an pour chaque étudiant.
  • Construire des toilettes hommes/femmes près des amphithéâtres et salles de cours.
  • Construire un centre de santé de premiers soins à l’enceinte de l’Université.
  • Avec les partenaires internationaux, mettre à la disposition des étudiants un nouveau programme de transport de 15 minibus, pour faciliter les allers-retours des étudiants moyennant 10000f l’abonnement mensuel de chaque étudiant et 20.000f pour les enseignants.
  • La bibliothèque est installée, accueille aujourd’hui les étudiants et chercheurs dans le cadre de travail agréable. Faire de côté ou construire une salle de lecture où l’étudiant / chercheur pouvait travailler paisiblement, serait encore plus meilleur.

Copyright © 2015, Comores2016-2021
Cette note  peut être reproduite en totalité ou en partie, et sous n’importe quelle forme, à des fins éducatives ou non lucratives sans autorisation spéciale du propriétaire du copyright à condition que sa source soit mentionnée

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *