UN NOUVEL OPERATEUR TELEPHONIQUE AUX COMORES : QUELS BENEFICES POUR L’ETAT ET LES CONSOMMATEURS ?

Oluren Fekre| Engagement et enjeux politiques aux Comores
3 juillet 2016
Dr Ibrahim Barwane| Le ANDA, une institution très complexe
25 juillet 2016

UN NOUVEL OPERATEUR TELEPHONIQUE AUX COMORES : QUELS BENEFICES POUR L’ETAT ET LES CONSOMMATEURS ?

Par Mahamoud Ahamada

 

Les Comores comme d’autres pays d’Afrique connaissaient une faiblesse inquiétante au niveau de la télécommunication. Au cours des dix dernières années, les NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication) ont connu une croissance fulgurante dans le monde entier. Particulièrement en Afrique, cette croissance concerne surtout la téléphonie mobile dont le nombre d’utilisateurs a été multiplié par 30 entre 2001 et 2011 figure1 ci-dessous ; avec 620 millions de connectés en 2011. Cependant, ce progrès cache les performances du réseau mobile qui ne permet pas encore la connexion à l’internet dans plusieurs Etats Africains [1]. Depuis les années 89 les Comores restaient avec un seul opérateur téléphonique, ce qui pose des nombreux problèmes, notamment sur les investissements, le prix, le marché de la technologie et même pour l’économie nationale.

Capture25

 

Après un appel d’offre international l’entreprise malgache s’est distinguée face à Altice, Vihaan Networks ou encore Mauritius Telecom, des géants dans ce domaine. Cette licence est ainsi la seconde délivrée par l’archipel. [2]

Ce dernier a été annoncé officiellement par l’Autorité Nationale de Régulation des Technologies de l’Information et de la Communication (ANRTIC). IL s’agit du Telma Mobile, déjà fournisseur principal à Madagascar. L’opérateur national Comores Télécom avait jusqu’ici le monopole, depuis 1989. L’univers des télécommunications va ainsi connaitre des changements importants dans ces îles. [3]

Avec une note technique de 82 points sur 100 et une offre financière de 7,10 milliards de  francs comoriens, Telma, qui était en compétition avec  Mauritius Telecom, tenait la corde. L’opérateur mauricien a obtenu une note technique de 86 points sur 100, et proposé une offre financière de 3, 931 milliards de francs, tableau ci-dessous. [4]

Operateur Points/100 Coûts Rang
Telma 82 7,10 milliards 1
Mauritius Telecom 86 3,931 milliards 2

 

L’attribution de la licence globale et unifiée est une prérogative de l’Autorité Nationale de Régulation des TIC. D’une durée de 15 ans, elle a un caractère personnel et reste cessible qu’avec le seul « consentement préalable de l’ANRTIC », indique la loi.

Mots-clés : Télécommunication, technologie, économie, ComoresTélécom, Telma, infrastructures de télécommunication

Qui est Telma ?

Le numéro 1 des télécommunications à Madagascar :

TELMA a comme maison mère le groupe HIRIDJEE. Avec ses 1,5 millions d’abonnés, l’opérateur TELMA a déployé à Madagascar son réseau 3G. Une cinquantaine de villes de la grande île bénéficie de la couverture de la 4G. Membre du consortium Eassy, TELMA s’emploie à s’implanter dans la région de l’Océan Indien et à devenir le leader régional des télécommunications. Il est devenu propriétaire des activités d’Outremer Telecom dans les îles de la Réunion et de Mayotte depuis juillet dernier. Il assure à Madagascar le service de transfert d’argent par le biais du téléphone mobile, appelé « MVOLA ». [5]

Les comoriens sont-ils réellement impatiens?

Historique est cette date pour tous les comoriens. Certes ce processus d’octroi de la seconde licence est un aboutissement. Cependant il est aussi un départ pour un développement harmonieux des TIC, la croissance économique et le progrès social. Gageons surtout que cette recette fiscale, 7 milliards et 10 millions de droit de licence, sera orientée vers l’investissement et le développement. C’est une responsabilité gouvernementale au quelle les citoyens doivent inciter.

Après l’octroi définitif de la licence au mois d’octobre 2015 par la commission d’analyse des offres, les usagers devront patienter entre six et neuf mois pour la mise en service. Cette offre concurrentielle est attendue depuis longtemps par la population comorienne qui subit, sans alternative, les tarifs exorbitants de l’opérateur national.

Jusqu’ici, il n’existe pas d’abonnement mobile mais uniquement des crédits de rechargement. Les tarifs des appels internationaux sont prohibitifs et pour ce qui est des abonnements ADSL, leurs prix avoisinent le salaire mensuel minimum sans pour autant correspondre à un service de qualité. Le deuxième opérateur est déjà assuré d’avoir une clientèle accueillante.

 

Quel impact dans l’économie Comorienne ?

Le développement des Technologies de l’information et de la communication (TIC) s’accompagne de véritables bouleversements économiques. Bien sûr nous n’y sommes pas encore au Comores mais selon des analyses faites par des chercheurs, le secteur de télécommunication remporte dans l’économie. Malgré le développement de la téléphonie mobile en Afrique, très peu de ménages sont connectés à l’internet haut débit. Compte tenu de son rôle transversal dans l’économie, ne faudrait-il pas que l’accès au haut débit pour tous devienne une priorité de développement ? Exemple : N’allons pas loin en Afrique aux Sénégal (avec 3 opérateurs téléphoniques) par Raul Katz, professeur et président de Telecom advisory services, l’adoption du mobile a atteint presque le niveau de 90 % et le haut débit mobile est à au moins 500.000 lignes. Ce qui autorise Raul Katz à croire que le secteur a bien contribué à la croissance économique du pays avec 10.8% du PIB et plus de 70 000 emplois.

Cela permet de souligner que la contribution des télécommunications dans la croissance économique d’un pays est très significative. En termes d’impact direct, il y a la contribution au produit intérieur brut(PIB) et la création d’emplois. Pour les effets indirects qui sont aussi importants. Il s’agit de l’adoption des nouvelles technologies des télécommunications par les entreprises et par le marché en général. [6]

Au cours de cette dernière décennie, les Comores sont entrées dans cette ère des nouvelles technologies de la communication : L’Internet s’ouvre de plus en plus au plus grand nombre grâce au lancement de la fibre optique en 2010. Certes la fibre optique est présente aux Comores cependant, une fois sortie de la mer c’est le réseau binaire qui prend le relais et qui est très faible… Comores Telecom a lancé la commercialisation de plusieurs produits liés à ce support des TIC, dont la clé USB Mpéssi, qui permet de naviguer sur le net avec une connexion haut débit et sans fil. Cette nouvelle technologie va favoriser l’accès aux nouvelles technologies de l’information ce qui permettra de relancer le développement de l’économie des Comores. Les tarifs de Comores Telecom ont été également revus à la baisse, notamment le prix de la carte SIM qui est passée de 7500 FC à 3000 FC. Le taux de pénétration de la téléphonie cellulaire mobile, qui était à peine 10% en 2007, dépasse aujourd’hui largement les 20%. Les statistiques nous indiquent que le GSM, la téléphonie fixe et l’accès Internet ont nettement augmenté ces dernières années. Il n’empêche toutefois que certaines populations sont en dehors de cette dynamique. C’est pour cela que le gouvernement a pris la décision d’ouvrir le secteur à la concurrence, avec l’entrée d’un deuxième opérateur aux Comores, ce qui entrainera inévitablement une large baisse du prix des communications et permettra d’accroître l’implantation de la téléphonie mobile et de l’internet. [7]

 

Recommandations :

  • Que notre premier opérateur ComoresTélécom soit indépendant de l’état comorien (c’est-à-dire privatisé) pour que la concurrence règne en réalité ;
  • L’accès à l’énergie électrique ou l’aménagement du territoire constituent aussi des prérequis pour le développement des réseaux de communications électroniques ;
  • Diminution des prix de dédouanements des matériaux technologiques (Ordinateurs, photocopieuses, scanners, téléphonies mobiles,… etc.) ;
  • L’état doit encourager les entreprises, privé ou publique, d’utiliser la nouvelle technologie en leurs fournissant les outils nécessaires ;
  • La valorisation des nouveaux services de télécommunications, le déploiement des réseaux de nouvelles générations capables de supporter des flux de données et enfin l’existence d’un cadre réglementaire qui garantisse la rentabilité des investissements et la qualité des services aux consommateurs finaux ;

 

Référence :

[1] http://terangaweb.com/pour-une-revolution-numerique-en-afrique/

[2] http://www.linfo.re/ocean-indien/les-comores/678379-l-operateur-telephonique-malgache-telma-s-implante-aux-comores

[3] http://www.rfi.fr/afrique/20151004-comores-tic-operateur-telephonique-telma-mobile-comores-telecom

[4] http://www.alwatwan.net/index.php/economie/12320-seconde-licence-de-telecommunications-l-operateur-malgache-telma-obtient-le-marche

[5] http://www.rcm13.fr/article/1867-telma-2eme-operateur-telecom-aux-comores-

[6] http://www.lesoleil.sn/index.php?option%3Dcom_content%26view%3Darticle%26id%3D38610:impact-dans-leconomie-senegalaise-les-telecommunications-generent-108-du-pib-et-70000-emplois%26catid%3D78:a-la-une%26Itemid%3D255

[7] http://www.lescomores.com/economie/telecoms.php

1 Comment

  1. Idrisse Ahamada dit :

    Une note très intéressante. Merci Comores 2016-2021 et particulièrement Mahmoud qui a écrit cette note.
    Par ailleurs, il fallait aussi nous dire le nombre d’abonnés de Comores Télécoms qui a mon avis est très faible.

    Et il est de 137 000 abonnés, (abonnés en ADSL, LS, Mpessi et 3G), source: http://www.comorestelecom.km/?id=a-propos-ct#realisation
    Je crois plus simplement que le nombre d’utilisateurs des NTICs va augmenter de maniérè considérable mais il n’y aura pas de concurrence rude. Dans la mesure que TELMA aura tout simplement a équipé de téléphone portable abordable sur les 400 000 comoriens qui jusqu’alors n’utilisent pas le téléphone parce que les services de Comores Télécoms sont chers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *